Recettes pour plomber l’ambiance au travail

28,00

Par Jean-Philippe Cathelin, fondateur de l’agence A Conseil, spécialisée dans la communication interne et Bruno Tilliette, sociologue et consultant en communication interne

S’il est une question qui compte dans le travail, c’est bien celle-là ! Pour les jeunes, la bonne ambiance constitue souvent même un préalable à leur engagement et le déclencheur de leur motivation.
Quant aux plus expérimentés, ils ne donnent en fait le meilleur d’eux-mêmes qu’à cette condition.

Mais l’ambiance, c’est-à-dire la qualité de la communication interne, ne figure pas dans les bilans financiers. Talon d’Achille des organisations, cette communication dépend d’abord de la volonté politique des dirigeants, de leur propre sensibilité vis-à-vis de ce levier, de cette ressource essentiellement humaine.

Cet ouvrage – par les caricatures qu’il affiche avec ses recettes pour plomber l’ambiance – a choisi d’être sérieusement… drôle. Mais l’humour n’est que prétexte pour se poser pudiquement de vraies et parfois douloureuses questions. Les professionnels de la communication (et ceux qui vont le devenir) trouveront surtout ici nombre de réponses et de pistes de progrès pour améliorer la communication interne dans leurs organisations.

Au croisement de bonnes pratiques de terrain et de recherches prospectives, on découvre là un mode d’emploi du lien social au travail. L’objectif fondamental de sa lecture demeurant celui de pouvoir comprendre les comportements humains, d’améliorer la coopération entre les acteurs, et de faciliter la reconnaissance de l’individu dans son environnement de travail : des enjeux de communication interne à partir desquels on gagne finalement en motivation et, tout naturellement, en performance.

Catégorie :

Description

Plaidoyer pour le bon sens en communication interne

Par Jean-Philippe Cathelin, fondateur de l’agence A Conseil, spécialisée dans la communication interne et Bruno Tilliette, sociologue et consultant en communication interne


LA RECETTE : Baromètre interne en conserve

Cachez cet audit que je ne saurais voir…

Un baromètre, pour quoi faire ? La météo, on la subit, on ne l’influence pas ! Et puisqu’on ne peut rien y changer, quel intérêt de savoir si la pression est de mille treize ou de mille dix-huit hectopascals ? Le même principe s’applique évidemment à l’ambiance : certains vous conseilleront de la mesurer, mais à quelles fins ? En cas d’orage, il sera toujours temps de vous abriter des éléments les plus tempétueux.

Ingrédients

• un dérèglement climatique au sein du groupe de travail
• un audit interne de première fraîcheur
• une bonne dose d’indifférence
• quelques gouttes de parfum de licenciement

Préparation

Vous n’avez pas réussi à éviter l’audit interne et vous voilà chargé d’un épais rapport contenant quantité de chiffres censés estimer l’ambiance dans votre entreprise ? Vite, placez le tout dans une boîte scellée (que vous ferez bouillir pour respecter les principes de l’appertisation et éloigner tout risque de contamination bactériologique). Vous éviterez ainsi les remises en questions qui plombent le moral.
(Bien sûr, ce n’est pas en remisant le baromètre que vous serez à l’abri d’un ouragan social. Mais, si ce dernier se présente, prétendez que nul n’est censé prévoir l’imprévisible. Et si la dépression orageuse subsiste ou s’étend, ramenez l’anticyclone en licenciant les fauteurs de troubles : nul besoin de baromètre pour savoir que qui sème le vent récolte la tempête…)

UN PEU DE BON SENS : Le baromètre social

Votre entreprise vit une conjoncture spécifique : restructuration de l’entreprise, plan social, fusion-acquisition, arrivée d’une nouvelle équipe dirigeante, mise en place d’un plan stratégique, recomposition du capital, déménagement, nouvelle politique de ressources humaines… Autant d’événements majeurs qui peuvent être à l’origine de modifications de l’ambiance et du climat social. Le temps de l’observation et de l’écoute n’est pas toujours au rendez-vous dans ces moments pourtant cruciaux. dans ce cadre, l’audit interne permet d’évaluer en peu de temps la satisfaction ou le climat social de l’entreprise. Plus précisément, il est l’occasion de connaître les réactions des salariés, de cerner leurs sujets de satisfaction, de mesurer leurs inquiétudes et leurs attentes, ou encore de percevoir leur adhésion à l’égard des valeurs de l’entreprise. Cela étant, on a des chances d’obtenir des informations moins biaisées en dehors des périodes d’effervescence dues à un événement spécifique.

La mise en place d’un audit interne (baromètre social ou de satisfaction) revêt un caractère stratégique qu’il convient de ne pas négliger. Sa construction doit en effet tenir compte des spécificités de l’entreprise (culture, identité, histoire, satisfaction sociale), de son contexte (économique, social, politique, managérial). Mais attention : une enquête doit nécessairement être suivie d’actions concrètes (décisions, définitions de plans d’actions, prises de résolutions…) sous peine de voir l’ensemble de la démarche décrédibilisée.

Et n’oubliez pas qu’une enquête ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt. Il ne peut s’agir que d’un outil de diagnostic à un instant T, une photographie de l’état des lieux. Quels que soient les problèmes soulevés, rien ne vaut une communication régulière et continue, seule à même de faire montre de réactivité.

Informations complémentaires

Poids 290 g
Dimensions 1.3 × 13.5 × 21 cm
Livraison

Par voie postale, prévoir un délai d'une semaine environ. Gratuite pour la France Métropolitaine